Méthodes d’analyse, laboratoire

Selon le Code mondial antidopage, un athlète peut être rendu responsable d’avoir enfreint les dispositions antidopage:

  • Quand une substance interdite est détectée dans un échantillon urinaire ou sanguin;

  • Quand l'athlète utilise ou tente d’utiliser une substance ou une méthode interdite;
  • Quand un athlète fausse ou tente de fausser un contrôle antidopage.

    L’urine et le sang d’un athlète peuvent être analysés afin de détecter la présence éventuelle d’une substance interdite dans l’un des trente laboratoires accrédités par l'Agence mondiale antidopage à travers le monde.

    Les athlètes ont les droits suivants lors de l’analyse d’un échantillon pour dépistage:

    • Ils doivent être informés des résultats;
    • Si l’échantillon A est positif, ils peuvent demander l’analyse d‘un échantillon B au cours d’une période donnée;
    • Ils peuvent être présents lorsque l’échantillon B est ouvert et analysé;
    • Ils peuvent être accompagnés d’un spécialiste de leur choix si et quand l’échantillon B est analysé dans le laboratoire.

    Preuve indirecte (passeport biologique de l’athlète)

    La preuve du dopage peut être flagrante. Elle peut également être apportée indirectement. Ceci est réalisable en collectant des données particulières sur la personne au cours d’une longue période dans le passeport biologique afin de démontrer des irrégularités dans le profil biologique dues à la prise de substances interdites.

    Les athlètes qui se dopent peuvent être pris sur le fait et sanctionnés à la suite d’autres investigations effectuées (ex: raids, confiscations ou déclarations de témoins concernant « l’utilisation ou la tentative d’utilisation » de substances dopantes.

    Analyse

    Des informations complémentaires sur les procédures analytiques utilisées pour analyser les échantillons sanguins et urinaires sont disponibles dans le module « Analyse » du cours d’apprentissage mobile.

    Analyses

    Dans le cadre des contrôles antidopage en et hors compétition, les sportifs sont obligés de donner des échantillons sanguins et/ou d'urine. Ces échantillons sont examinés dans des laboratoires d'antidopage spécialisés à l'aide de différentes méthodes d'analyse pour dépister des substances interdites.