Contrôles sanguins

Le contrôle sanguin: le prélèvement veneux et la prise de sang capillaire

Contrairement à ce qui se passe avec les contrôles d’urine, le prélèvement sanguin peut être effectué de deux manières différentes qui ne s’excluent d’ailleurs pas l’une l’autre. Il faut en effet distinguer entre la prise de sang capillaire (Dried Blood Spot, DBS) et le prélèvement veineux.

Ces deux types de contrôle, qui peuvent être pratiqués en complément ou indépendamment des contrôles d’urine, se différencient l’un de l’autre sur trois éléments essentiels: le point de ponction, la quantité de sang requise et le matériel de contrôle nécessaire à la prise de sang. Ce qui signifie que les processus de contrôle se différencient légèrement, comme l’indiquent les textes et les illustrations ci-dessous.

Notification et identification

Le contrôleur présente sa carte de légitimation. Le lieu, l'heure ainsi que le type de contrôle sont communiqués par écrit à l'athlète, par le biais de la notification. L'athlète est informée de ses droits et devoirs. Le contrôleur vérifie l'identité de l'athlète, par exemple au moyen de sa carte d'identité, de son permis de conduire ou encore d'une attestation par une personne accompagnante. L'athlète confirme avoir été convoquée au contrôle antidopage en apposant sa signautre sur le protocole de contrôle antidopage. Le procès-verbal peut être rédigé sur papier ou, comme c’est l’usage chez Antidoping Suisse, sous forme électronique via tablette.

Prélèvement sanguin veineux: Après une compétition ou un entraînement éprouvant, l’athlète doit attendre deux heures sous surveillance avant de se soumettre au prélèvement sanguin. 


Zone de contrôle

Les locaux d’attente et ceux où se déroulent les contrôles sont séparés. Dans ces derniers, mis à part le contrôleur, ne doivent se trouver que l’athlète, accompagnée, si elle le souhaite, d’une personne de confiance et, éventuellement des observateurs de l’AMA ainsi que des auditeurs et évaluateurs de Antidoping Suisse. Le déroulement du contrôle est expliqué à l’athlète si elle le demande. Un contrôle urinaire peut également être effectué, en sus du contrôle sanguin (voir déroulement du contrôle urinaire). L’athlète peut manger et boire pendant le déroulement du contrôle, hormis dans la zone de contrôle.

Prélèvement sanguin veineux: L’athlète doit rester au moins dix minutes en position droite, assise, avant que le prélèvement sanguin ne soit effectué. Ce temps d’attente peut être utilisé pour remplir le formulaire «Questionnaire sur le passeport biologique» et renseigner sur les médicaments éventuellement absorbés par l’athlète dernièrement.


Choix du matériel de contrôle

L’athlète choisit un kit de contrôle emballé ainsi qu’un kit de prélèvement de sang. Au moins trois kits doivent être disponibles. L’emballage doit être intact. L’athlète peut choisir un deuxième, voire un troisième kit, si elle n’est pas satisfaite du matériel choisi.

Prélèvement sanguin veineux: Le kit de contrôle comprend un récipient A (numéros rouges), un récipient B (numéros bleus), un récipient sans numéro, des étiquettes autocollantes ainsi que trois sacs en plastique. Les références qui figurent sur le kit, les récipients, les couvercles et les étiquettes doivent être identiques. Le kit de prélèvement contient le matériel pour le prélèvement et des éprouvettes.

DBS: le sachet en aluminium contient deux poches en plastique verrouillables dotées de cartes DBS (échantillons A et B), des bandes de scellement et un agent asséchant, un kit contenant des lingettes désinfectantes, une lancette de sécurité et des pansements ainsi qu’une bande de scellement pour le sachet en aluminium. Un choix de trois Minivettes différentes (une sorte de pipette) empaquetées est également disponible. Les numéros figurant sur le kit, sur les contenants, sur les couvercles, sur les étiquettes autoadhésives, sur les cartes DBS, sur les bandes de scellement et sur le sachet en aluminium doivent être identiques. 


Inscription sur les échantillons sanguins

L’athlète colle une étiquette sur chaque éprouvette de sang ainsi que sur le formulaire « Questionnaire sur le passeport biologique ».

DBS: non nécessaire.


Prélèvement de sang

Alors que le prélèvement sanguin capillaire est effectué par une simple piqûre au doigt, le prélèvement veineux est réalisé à l’aide d’une aiguille introduite dans une veine. Cette différence de processus se traduit également par une quantité de sang prélevé différente: avec la méthode DBS, une grosse goutte de sang est répartie sur les deux cartes DBS à l’aide de la Minivette, tandis qu’avec la méthode veineuse, le sang est recueilli dans deux tubes de prélèvement.

Le prélèvement de sang est effectué en position assise, verticale, et doit être réalisé dans des conditions d’hygiène irréprochables. Le contrôleur prélève la quantité de sang prévue en utilisant le kit de prélèvement. Pour finir, il prodigue les soins nécessaires à l’endroit de la piqûre.

Prélèvement sanguin veineux: sur demande de l’athlète, le prélèvement sanguin peut être effectué en position couchée. 13 ml  de sang sont nécessaires pour un contrôle.

DBS: le prélèvement DBS suppose un bon flux sanguin dans le doigt (choisir le majeur ou l’annulaire selon la préférence de l’athlète). Il est donc conseillé de remuer les mains, de les tenir quelques minutes vers le bas ou de les passer rapidement sous l’eau chaude.


Fermeture du matériel du contrôle

Prélèvement sanguin veineux: L’athlète ouvre les récipients conformément aux explications du contrôleur. Elle introduit ensuite les échantillons de sang dans les récipients prévus à cet effet, puis visse les récipients avec le couvercle. Les couvercles sont vissés, sans effort, pour assurer la fermeture hermétique du récipient. Une fois scellés, les flacons ne peuvent plus être dévissés ni ouverts. Les couvercles seront découpés au laboratoire et ne peuvent plus être réutilisés.

DBS: glisser les cartes DBS accompagnées chacune du gel asséchant dans le sac en plastique. Les numéros inscrits sur les cartes doivent être bien visibles. Les deux sacs sont ensuite fermés hermétiquement à l’aide de bandes de scellement, puis glissés dans le sachet en aluminium. Celui-ci est ensuite refermé par une large bande de scellement.


Protocole de contrôle antidopage

Le contrôleur inscrit ensuite sur le protocole des informations telles que les références du récipient. Le laboratoire obtient des informations uniquement sur les numéros des échantillons, la date et l’heure du prélèvement sanguin, la discipline sportive, le sexe de l’athlète, ainsi que les éventuels médicaments absorbés. Toutes les autres informations personnelles ne sont pas visibles pour le laboratoire. La partie rouge du protocole (page 6) est introduite dans un sac en plastique prévu à cet effet.


Signature

Il appartient à l’athlète de vérifier que l’autre partie du protocole de contrôle antidopage (feuilles 2 à 5) soit complète et exacte. Des échantillons d’urine peuvent accompagner des échantillons sanguins et figurer sur le même formulaire. Toute remarque ou réclamation doit être mentionnée par écrit sur le protocole. Le contrôleur, les éventuelles personnes accompagnantes ainsi que l’athlète signent le protocole. L’apposition des signatures certifie que le contrôle a été réalisé conformément aux règles.


Fin du contrôle

Une copie du protocole de contrôle antidopage est remise à l’athlète. Cette copie doit être soigneusement conservée. Le résultat du contrôle est porté à la connaissance de l’athlète, par voie électronique ou par écrit.

Prélèvement sanguin veineux: L’athlète doit veiller à ne pas faire d’efforts fatigants avec le bras qui a servi au prélèvement sanguin, pendant une durée maximale de 30 minutes après réalisation du prélèvement.


Envoi et analyse des échantillons de sang

Prélèvement sanguin veineux: Les échantillons de sang sont envoyés dans une glacière pour analyse au laboratoire. Lorsque la présence d’une substance interdite est constatée dans l’échantillon A, l’athlète concernée est autorisée à exiger une seconde analyse au moyen de l’échantillon B.

DBS: le sachet en aluminium est glissé dans une enveloppe d’envoi et est expédié au laboratoire par courrier A recommandé.