À partir de 2017

La Liste des interdictions 2017

La liste des interdictions 2017 entre en vigueur le 1er janvier 2017 et remplacera à ce moment-là toutes les listes antérieures.

La structure de la liste, ainsi que les méthodes et les classes de substances n’ont subi aucun changement par rapport à 2016. De petites modifications ont été apportées aux chapitres suivants :

S1. Agents anabolisants
Quelques anabolisants classés précédemment parmi les substances exogènes ont été déplacées dans le sous-chapitre des agents anabolisants endogènes. Ceci n’a aucune conséquence pour la pratique quotidienne des athlètes. Ces anabolisants restent comme précédemment interdits en toute circonstance. Cela implique en revanche certains changements pour les laboratoires et le traitement des résultats.

S2. Hormones peptidiques, facteurs de croissance, substances apparentées et mimétiques
Quelques substances destinées à la stimulation directe ou indirecte des érythropoïétines ont été ajoutées à la liste. Ceci n’a aucune conséquence pour la pratique quotidienne des athlètes, dans la mesure où toutes les nouvelles substances introduites dans la liste ne sont contenues que dans des médicaments spécifiques, exclusivement utilisés après une évaluation médicale soigneuse dans certaines maladies graves des reins, certaines formes d’anémie ou certaines maladies du sang.

S3. Bêta-2 agonistes
Les bêta-2 agonistes peuvent certes avoir un effet anabolisant (raison pour laquelle ils sont interdits en toute circonstance), mais ils sont aussi et surtout utilisés comme antiasthmatiques. On trouvera maintenant dans la liste 2017 les bêta-2 agonistes courants interdits. Les substances salbutamol, formotérol et salmétérol sont autorisées pour le traitement de l’asthme par voie inhalée jusqu’à une dose maximale déterminée. Il faut retenir qu’il n’est pas nécessaire de disposer d’une autorisation d’usage thérapeutique (AUT) si on ne dépasse pas cette dose quotidienne maximale. On relèvera aussi qu’il existera dès le 1er janvier 2017 une nouvelle dose maximale sur 12 heures pour le salbutamol et pour la première fois une dose maximale sur 24 heures pour le salmétérol. Une AUT sera uniquement requise si ces doses maximales doivent être dépassées pour des raisons médicales ou si une autre bêta-2 agoniste doit être administrée pour traiter l’asthme. Pour les athlètes faisant partie d’un groupe cible, les demandes d’AUT doivent être déposées au préalable/avant le début du traitement.
Le bêta-2 agoniste higénamine figure par ailleurs explicitement dans les substances interdites. L’higénamine n’est pas autorisée en Suisse, mais on la trouve à l’état naturel dans quelques plantes asiatiques. Elle peut par conséquent se trouver dans la composition de certains compléments alimentaires, par exemple dans des suppléments labélisés «pre-workout» (avant l’effort) ou «weight loss» (perte de poids).

S4. Modulateurs hormonaux et métaboliques
Un autre exemple d’inhibiteur de l’aromatase a été ajouté à la liste 2017. Ceci n’a aucune conséquence pour la pratique quotidienne des athlètes, car les inhibiteurs de l’aromatase ne sont utilisés qu’après une évaluation médicale soigneuse dans des indications telles que le traitement adjuvant dans le cancer du sein.

M1. Méthodes interdites
Il est précisé que l’inhalation d’oxygène n’est pas considérée comme une méthode interdite.

S6. Stimulants
La lisdexamphétamine figure désormais explicitement dans la liste comme stimulant non-spécifique. La lisdexamphétamine s’utilise entre autres dans le traitement du syndrome d’hyperactivité/déficit d’attention et nécessite une AUT (au préalable /avant le début du traitement chez les athlètes faisant partie d’un groupe cible).

S7. Narcotiques
La nicomorphine fait son apparition dans la liste des interdictions 2017. Elle est dégradée en morphine dans l’organisme. Ceci n’a aucune conséquence pour la pratique quotidienne des athlètes, dans la mesure où la nicomorphine est considérée comme un stupéfiant et n’entre donc pas dans la composition des médicaments usuels.

La Liste des interdictions 2016

La nouvelle Liste des interdictions n'a subi que de très petits changements par rapport à la liste 2015. Notamment:

Hormones peptidiques, facteurs de croissance, substances apparentées et mimétiques (S2) :

La leuproréline figure dans ce chapitre à la place de la triptoréline, comme nouvel exemple relativement courant de releasing factor de la gonadotrophine chorionique et de l’hormone lutéinisante.

Hormones et modulateurs du métabolisme (S4):

Les mimétiques de l’insuline sont maintenant explicitement mentionnés aux côtés des insulines. Le meldonium (plus connu sous son nom commercial Mildronat ®) a été inscrit dans la nouvelle liste des interdictions. Cette substance est utilisée en cas de perfusion insuffisante ou absente de certains tissus ou lors de maladies cardiovasculaires, mais elle peut aussi influencer positivement la performance d’endurance. Meldonium est approuvé en Russie et les pays baltiques come médicament cardioactif. Jusqu’ici, le meldonium faisait partie d’un programme de surveillance.

Stimulants (S6):

Aucune nouvelle substance n’a été ajoutée à ce chapitre, mais il est précisé que la clonidine (une substance de la famille des agonistes du récepteur alpha-2 indiqué dans le traitement de l’hypertension artérielle) est permise.

Substances interdites dans certaines disciplines sportives (P1 et P2) :

Le motocyclisme a disparu de la rubrique consacrée à l’alcool (P1). Il n’y a en revanche pas eu de changement pour les bêtabloquants (P2).

Groupes cibles 2016

Dans le cadre de la mise en œuvre du WADP 2015 nous avons simplifié les critères de classement dans les groupes cibles. A partir du 1.1.2016, le principe suivant sera donc appliqué: Tous les athlètes d’un groupe cible sont soumis à l’obligation d’annonce et devront soumettre leur AUT préalablement.

A partir de 2015

Règlements anti-dopage révisés à partir de 2015

Ci-dessous, vous trouverez toutes les informations pertinentes, documents et liens concernant les règles anti-dopage révisés, applicables à partir du 1er janvier 2015.

En conséquence de l'entrée en vigueur du nouveau Programme mondial antidopage de l'AMA (le Code et les cinq Standards internationaux) le 1er janvier 2015, toutes les dispositions du droit privé suisse en matière du sport seront adaptées. Cela concerne en particulier, le Statut concernant le dopage de Swiss Olympic et ses dispositions d'exécution d'Antidoping Suisse. Ci-dessous vous trouverez un aperçu chronologique des travaux réalisés et ceux en cours.

Afin de communiquer les modifications pertinentes relatives au règlement anti-dopage à partir de 2015, Antidoping Suisse offre à ses différents groupes cibles, ces trois modules d'apprentissage mobile :

BASE

Sans détour, les choses les plus importantes, pour ceux qui s'intéressent au nouveau règlement anti-dopage à partir de 2015.


AVANCÉ

(Jeunes), athlètes, le personnel d'encadrement du sportif (entraîneurs, coachs, soigneurs, parents) et autres professionnels comme les physiothérapeutes et les diététiciens trouvent des informations plus détaillées incluant des questions de contrôle sur les changements imminents aux règles antidopage à partir de 2015.


EXPERT

Une formation spécifique et des informations contextuelles sur les nouveaux règles anti-dopage à partir de 2015 pour les athlètes de haut niveau, les responsables anti-dopage des fédérations et des équipes ainsi que les pharmaciens et les médecins sportifs. À la fin, testez vos connaissances avec des questions de contrôle.


Calendrier

1er janvier 2015 : toutes les règles anti-dopage révisées entrent en vigueur et remplacent les règles existantes.

28 novembre 2014 : le Parlement du sport a adopté la révision du Statut concernant le dopage de Swiss Olympic.

28 septembre 2014 : le délai pour déposer des amendements sous forme écrite au Statut concernant le dopage a expiré.

23 août 2014 : Swiss Olympic a informé par lettre toutes les fédérations membres à propos de la procédure spéciale de demande de révision du Statut concernant le dopage.

23 juin 2014 : le Conseil exécutif de Swiss Olympic a vérifié les adaptions du Statut concernant le dopage, révisées et a demandé l'approbation par le Parlement du sport.

Entre janvier et septembre 2014 : sous les auspices d'Antidoping Suisse, les modifications au Code et aux Standards internationaux ont été intégrées dans les règlements applicables pour la Suisse.

15 novembre 2013 : plus de 1000 représentants de gouvernements, d’organisations antidopage et du sport du monde entier ont adopté le nouveau Programme mondial antidopage 2015 à Johannesburg, en Afrique du Sud, sous la direction de l’Agence Mondiale Antidopage (AMA).

Documents

Le Statut concernant le dopage de Swiss Olympic

Prescriptions d'exécution d'Antidoping Suisse

Informations additionnelles

Pour des conseils juridiques sur la révision du Statut concernant le dopage et sur les Prescriptions d'exécution, M. Marco Steiner, directeur adjoint d'Antidoping Suisse est à votre service, +41 31 359 74 44 ou info@antidoping.ch