Antidoping Suisse codéveloppe nouvelle méthode de contrôle

07.10.2019 - Public Relations

Antidoping Suisse poursuit sa tradition et s'engage pour le développement ultérieur des contrôles antidopage. Les coûts élevés, la logistique onéreuse et les conditions de prélèvement pour les athlètes constituent quelques-uns des inconvénients inhérents au principe actuel de la collecte d'échantillons d'urine et de sang veineux. Une nouvelle méthode devrait désormais permettre des améliorations significatives. La méthode de dépistage à partir de gouttes de sang séché permet de prélever et de transporter à sec quelques gouttes de sang capillaire. Au niveau international, cette méthode est connue sous le nom de Dried Blood Spot (DBS).

Antidoping Suisse joue un rôle moteur dans le projet DBS coordonné par l'Agence Mondiale Antidopage (AMA). De nombreux échantillons DBS ont déjà été prélevés à titre d’essai en Suisse au cours de ces dernières années, ce qui a permis de donner au développement une impulsion internationale. L'objectif de ce projet est d'établir des normes en matière de prélèvement, de transport, d'analyse et de stockage des échantillons de sang séché. La méthode DBS devrait donc être accréditée par l'AMA comme méthode de contrôle. Elle sera alors mise à la disposition de toutes les organisations antidopage et devrait être appliquée lors des JO à Pékin en 2022.

Ernst König, directeur d'Antidoping Suisse, se réjouit de la forte priorité internationale du projet : « Nous sommes heureux de participer à des projets qui permettent de renforcer l'efficacité des processus favorisant un sport propre et de simplifier la vie quotidienne des athlètes. »

Gain d'efficacité significatif

Outre des simplifications évidentes pour les athlètes contrôlés, la durée des contrôles antidopage ainsi que le transport et le stockage des échantillons devraient aussi être considérablement réduits. Ce procédé devrait permettre de contrôler un plus grand nombre de sportives et de sportifs, et de prélever davantage d'échantillons. Ceci est particulièrement vrai pour les régions géographiquement éloignées où la durée et les conditions de transport des échantillons d'urine ou de sang veineux sont susceptibles d'affecter leur qualité dans la perspective d’analyses ultérieures. Le Dr Olivier Rabin, directeur exécutif senior de l'AMA, a déclaré : « En ce sens, les tests de dépistage à partir de gouttes de sang séché pourraient constituer une avancée majeure dans les capacités de contrôle antidopage à l’échelle mondiale. Dans un premier temps, la méthode de dépistage à partir de gouttes de sang séché ne remplacera pas complètement les méthodes précédentes, mais sera utilisée à titre supplémentaire en fonction de la situation et de l'objectif du contrôle.

Coopération internationale

Le projet DBS s'inscrit dans le cadre d'une collaboration internationale entre l'Agence Mondiale Antidopage (AMA), le Comité International Olympique (CIO), l’Agence de Contrôles Internationale (ACI) et les agences nationales antidopage d'Australie, de Chine, du Japon, des États-Unis et de Suisse.