Contrôles sanguins

Les contrôles sanguins: le prélèvement veneux et la prise de sang capillaire

Contrairement à ce qui se passe avec les contrôles d’urine, le prélèvement sanguin peut être effectué de deux manières différentes qui ne s’excluent d’ailleurs pas l’une l’autre. On distingue entre le prélèvement veineux et la prise de sang capillaire (Dried Blood Spot, DBS).

Le prélèvement sanguin peut être pratiqué en complément ou indépendamment des contrôles d’urine. Les deux types de prise de sang se différencient l’un de l’autre sur trois éléments essentiels: le point de ponction, la quantité de sang requise et le matériel de contrôle nécessaire à la prise de sang. Ce qui signifie que les processus de contrôle se différencient légèrement.

Les images et les textes suivants expliquent la procédure d’un contrôle sanguin, étape par étape:

Notification et identification

Le contrôleur présente sa carte de légitimation et informe l’athlète sur la convocation et le contrôle prévu. L’athlète est informé de ses droits et de ses obligations. Le contrôleur vérifie l’identité de l’athlète, par exemple, au moyen de sa carte d’identité, de son permis de conduire ou encore d’une attestation de la personne accompagnante. En apposant sa signature, l’athlète confirme avoir été convoqué au contrôle antidopage et avoir compris les droits et les obligations corrélatifs. Après un effort physique, il faut attendre deux heures (30 minutes pour les échantillons de sérum) avant de soumettre l’athlète au prélèvement sanguin. 


Dans la zone de contrôle

Les zones d’attente et de contrôle sont séparées. Mis à part les contrôleurs chargés des tests, seul l’athlète doit se trouver dans ces zones, accompagné, s’il le souhaite, d’une personne de confiance et, dans certains cas, des observateurs de l’AMA ainsi que des auditeurs d’Antidoping Suisse. S’il le demande, l’athlète peut se faire expliquer le déroulement du contrôle. En plus du contrôle sanguin, un contrôle urinaire peut également être effectué (voir déroulement du contrôle urinaire). L’athlète peut manger et boire pendant le déroulement du contrôle, hormis dans la zone de contrôle. L’athlète doit rester au moins dix minutes en position assise, verticale, avant que le prélèvement sanguin ne soit effectué. Ce temps d’attente peut être utilisé pour remplir le formulaire «Questionnaire sur le passeport biologique» et pour noter les médicaments que l’athlète a éventuellement absorbés dernièrement.


Choix du matériel de contrôle

L'athlète choisit un set de contrôle sanguin emballé. Trois sets au moins doivent être disponibles. L’emballage doit être intact. Si l’athlète n’est pas satisfait du set choisi, il peut en choisir un autre, intact.

Le set de contrôle comprend un récipient A (numéro rouge), un récipient B (numéro bleu) et, selon l’échantillon à prélever, un récipient sans lettres, des étiquettes autocollantes ainsi que trois poches en plastique refermables. Les références qui figurent sur le set, les récipients, les couvercles et les étiquettes doivent être identiques. Le kit de prélèvement contient le matériel pour le prélèvement et des éprouvettes.

 

DBS: le sachet en aluminium contient deux poches de sécurité en plastique, verrouillables, dotées chacune d’une carte DBS (échantillons A et B), deux sachets de gel asséchant dans chacune et une bande de scellement permettant de refermer le sachet en aluminium. Le set hygiénique contient une lingette désinfectante, deux tampons, une lancette, une Minivette et des pansements. Les numéros figurant sur le set (sachet en aluminium), sur les poches de sécurité, sur les cartes DBS et sur la bande de scellement doivent être identiques.


Étiquetage des échantillons sanguins

L’athlète colle une étiquette sur chaque éprouvette de sang.


Prélèvement de sang

Le prélèvement de sang est effectué en position assise, verticale. Sur demande de l’athlète, le prélèvement sanguin peut être effectué en position couchée. 13 ml de sang sont nécessaires pour un contrôle. Le prélèvement de sang doit être réalisé dans des conditions d’hygiène irréprochables. Le contrôleur prélève la quantité de sang prévue en utilisant le kit de prélèvement. Ensuite, il prodigue les soins nécessaires à l’endroit de la piqûre. L’athlète doit veiller à ne pas faire d’efforts fatigants avec le bras qui a servi au prélèvement sanguin pendant une durée de 30 minutes après le prélèvement.

 

DBS: le prélèvement DBS suppose un bon flux sanguin dans le doigt (choisir le majeur ou l’annulaire selon la préférence de l’athlète). Il est donc conseillé de remuer les mains, de les tenir quelques minutes vers le bas ou de les passer rapidement sous l’eau chaude. Dans certains cas exceptionnels, le sang capillaire peut également être prélevé sur le lobe de l’oreille.


Fermeture du matériel du contrôle

L’athlète ouvre les récipients conformément aux explications du contrôleur. Il introduit ensuite les éprouvettes dans les récipients prévus à cet effet, puis ferme les récipients avec le couvercle. Les couvercles sont vissés complètement, mais sans effort. Il ne sera donc plus possible, après coup, de dévisser les bouchons, ni d’ouvrir les récipients. Les couvercles seront découpés au laboratoire et ne pourront plus être réutilisés.


 

DBS: glisser les cartes DBS accompagnées chacune de deux sachets de gel asséchant dans les poches de sécurité en plastique. Les numéros inscrits sur les cartes doivent être bien visibles. Les deux poches sont ensuite fermées hermétiquement à l’aide de la bande de scellement, puis glissées dans le sachet en aluminium. Celui-ci est ensuite refermé par la bande de scellement bleue.


Protocole de contrôle antidopage

Le contrôleur inscrit ensuite sur le protocole des informations telles que les références du récipient, la date et l’heure du prélèvement. Les informations transmises au laboratoire, à savoir les références des flacons, la date et l’heure du prélèvement sanguin, la discipline sportive, le sexe de l’athlète et, le cas échéant, les éventuels médicaments absorbés, sont anonymisées. Toutes les autres informations personnelles ne sont pas visibles au laboratoire. Afin de faciliter l’analyse, il serait utile d’indiquer sur le protocole la nature des médicaments qui ont été absorbés au cours des sept derniers jours.


Signature et conclusion du contrôle

L’athlète vérifie que le reste du protocole de contrôle antidopage soit complet et exact. Il inscrira ensuite dans le protocole toute remarque ou réclamation éventuelle au sujet du contrôle. Le contrôleur, les éventuelles personnes accompagnantes et, pour terminer, l’athlète signent le protocole. Avec l’apposition des signatures, on confirme que le contrôle a été réalisé conformément aux règles. Une copie du protocole de contrôle antidopage est remise à l’athlète. Cette copie doit être soigneusement conservée.


Envoi et analyse des échantillons sanguins

Les échantillons de sang sont déposés dans une glacière et sont envoyés au laboratoire pour analyse. Le résultat des contrôles antidopage est porté à la connaissance de l’athlète par voie électronique ou postale. Lorsque la présence d’une substance prohibée est détectée dans l’échantillon A, l’athlète est autorisé à exiger une seconde analyse qui sera effectuée en sa présence au moyen du prélèvement B.

DBS: le sachet en aluminium est glissé dans une enveloppe d’envoi et est expédié au laboratoire par courrier A recommandé.