Information annuelle aux médias 2018

28.03.2018 - Relations publique

Tous les objectifs annuels ont été atteints

Antidoping Suisse a atteint tous ses objectifs pour l’année 2017. Et ceci malgré le fait que les exigences en matière de contrôles, de prévention, de droit, de TI et de gestion demeurent à haut niveau. Les ressources restant inchangées, Antidoping Suisse s’est, de ce fait, trouvée confrontée à des situations problématiques.

En 2017, Antidoping Suisse a atteint tous ses objectifs annuels. Les comptes 2017 clôturent avec un excédent de recettes de 80 000 francs. « Un excédent de dépenses ayant été enregistré au cours de cinq années consécutives, ceci ne constitue néanmoins pas un revirement de tendance », explique Matthias Kamber, directeur de la Fondation Antidoping Suisse. « Ce résultat positif est essentiellement dû au fait que l’on a renoncé à des investissements, ce qui a eu pour conséquence de réduire les coûts d’amortissement. » 

Les réflexions engagées fin 2016 en matière de protection et de sécurité des données ont pu être mises en œuvre au cours de l’année sous revue à travers des démarches concrètes et des règlements.  De nouvelles directives en matière de protection des données ont ainsi été élaborées et la sécurité des données a été renforcée grâce à des mesures techniques et éducatives, ce qui s’est traduit par des surplus de coûts.

Le nombre d’échantillons prélevés demeure constant

En 2017, Antidoping Suisse a effectué 2456 contrôles antidopage pour un total de 3416 échantillons (2016 : 2465 contrôles avec 3269 échantillons). Sur les échantillons de l’année sous revue, 2443 étaient des échantillons urinaires, dont 1469 ont été prélevés hors compétition et 974 en compétition.  Des 973 contrôles sanguins, 925 ont été effectués hors compétition.

La Chambre disciplinaire pour les cas de dopage a rendu 15 décisions durant l’année sous revue. Antidoping Suisse a émis 467 décisions de droit administratif concernant la confiscation et la destruction de produits dopants saisis par les autorités douanières. La plupart de ces ordonnances concernaient des pratiquants de sports de musculation. Ce qui s'est traduit par une lourde charge administrative.

Intensive prévention antidopage

Antidoping Suisse assure le développement et la diffusion de contenus concernant la prévention, tandis que les fédérations sportives nationales sont tenues de veiller à ce que leurs athlètes aient accès à des cours de formation antidopage appropriés. Antidoping Suisse a formé 4138 personnes dans le cadre de 128 programmes de formation. Parmi ces personnes se trouvaient près de 1800 athlètes de pointe en devenir et 400 athlètes de haut niveau.

Sondage auprès des athlètes

Un sondage a été effectué auprès des athlètes portant sur la perception de la problématique liée au dopage, les possibilités d’information sur la question du dopage, ainsi que sur les prestations de services proposées par Antidoping Suisse. Les résultats sont notamment les suivants : le nombre de contrôles antidopage réalisés a été jugé, dans la majorité des cas, comme suffisant ou insuffisant; le travail d’Antidoping Suisse est perçu de manière très positive, que ce soit en matière de qualité, de sécurité lors de contrôles antidopage ou d’offre en matière d’information, en particulier l’accès à la banque de données sur les médicaments. 

Modalité de succession du directeur

À partir du 1er avril, la direction d'Antidoping Suisse sera assurée par Ernst Köniz. Matthias Kamber, directeur depuis de nombreuses années, quittera en effet à cette date la direction opérationnelle.  La Fondation Antidoping Suisse le remercie pour l'excellent travail qu'il a accompli dans le cadre de la création d'Antidoping Suisse et de son positionnement au niveau national et international. « Sa grande compétence, ses connaissances et surtout l'inlassable engagement dont il a fait preuve en faveur d'un sport propre ont contribué de manière décisive à faire de nous le centre de compétences reconnu que nous sommes aujourd'hui », a déclaré Corinne Schmidhauser, présidente de la fondation, en remerciant le directeur sortant.  Et d’ajouter : « Nous apprécions également l’aide que Matthias a apporté dans le cadre de l’introduction du nouveau directeur dans ses fonctions ». 

Importants défis à l’horizon

Antidoping Suisse sera extrêmement sollicitée dans les mois à venir. Les tâches qui n'ont cessé de croître au cours de ces dernières années, auxquelles sont venus s'ajouter de nouveaux défis, ont poussé l'organisation à ses limites financières. 

C'est ainsi que le ministre des sports Guy Parmelin, le président de Swiss Olympic Jürg Stahl et la présidente d'Antidoping Suisse Corinne Schmidhauser se sont récemment rencontrés pour un échange informel. « Cet entretien a été très important », résume Corinne Schmidhauser. « Nous avons pu constater que Swiss Olympic et la Confédération étaient fondamentalement très satisfaits de notre travail. »  Les parties reconnaissent dans le même temps que les trois partenaires s’engagent dans une lutte sérieuse et crédible contre le dopage.

Au cours des mois à venir, il conviendra de définir les pierres angulaires qui permettront de surmonter les nouveaux défis. Il s'agit notamment du positionnement de la Suisse dans cette tâche internationale toujours plus grande, de l’établissement des priorités et du financement de l'organisation, mais aussi de la gestion des nouveaux défis, tels que les bouleversements numériques ou la « professionnalisation » croissante du dopage. 

Antidoping Suisse remercie les partenaires d'avoir entamé ces discussions. Des résultats concrets devraient être présentés d'ici l'automne.

Contact

Corinne Schmidhauser, présidente Antidoping Suisse, Tél. +41 79 301 83 07

Annexe: Rapport annuel 2017