Recherche préventive dans la lutte contre le dopage

03.09.2015 - Science

Premiers cas positifs avec le stabilisateur HIF FG-4592 pas encore autorisé

Depuis quelques années, Antidoping Suisse, soutient avec d’autres partenaires, la recherche appliquée de prévention contre le dopage au sein du laboratoire anti-dopage de la haute école du sport allemand à Cologne. Dans ce cadre, la détection des stabilisateurs de facteurs inductibles par l’hypoxie (HIF) a déjà été réussie en 2011. Ces stabilisateurs influencent la formation d’érythropoïétines (EPO) et amène ainsi à l’augmentation de la production des globules rouges. Les stabilisateurs-HIF sont classés dans la catégorie S2 dans la liste des produits dopants interdits.

Récemment, la presse a révélé les trois premiers cas positifs lié au stabilisateur HIF FG-4592 pas encore autorisé. Il s’agit du marcheur Bertrand Moulinet ainsi que des cyclistes Fabio Taborre et Carlos Oyarzun. Ces athlètes ont été stoppés par différents laboratoires Anti-Doping, notamment, ceux de Paris, Cologne et Montréal.

Grâce à ces cas de dopage, Antidoping Suisse constate que sa détermination et ses efforts financiers dans cette lutte sont convaincants. La recherche préventive dans la détection de ce type de méthodes de détection est une opportunité prometteuse dans la lutte contre le dopage.