Information annuelle aux médias 2021

|
Kategorie:
Relations publiques

Les objectifs de 2020 en grande partie atteints malgré Corona

L'exercice 2020 d'Antidoping Suisse a été très fortement marqué par la pandémie de COVID-19. La majorité des objectifs annuels a certes pu être atteint grâce à l'immense flexibilité de l’ensemble des collaborateurs, des restrictions ont toutefois dû être acceptées au niveau de l’activité des contrôles antidopage.

 

Contrôles antidopage en conformité avec les plans de protection

Les activités de contrôle antidopage ont été considérablement impactées par la pandémie de COVID-19 au cours de l’année sous revue. Avec la mise en œuvre très rapide d’un plan de protection, l’activité de contrôles antidopage n’a jamais été réduite à néant. Malgré les conditions difficiles, 1538 contrôles antidopage ont pu être réalisés au cours de l’année sous revue, ce qui correspond à environ 76% de l'année précédente, soit 1194 hors compétition et 389 en compétition. Les nombreux reports à court terme, les annulations de compétitions et souvent le manque de clarté du calendrier de la saison des athlètes ont rendu la coordination des contrôles antidopage considérablement difficile.

Ré-analyse d'échantillons stockés à long terme

Au total, 109 ré-analyses ont été réalisé sur 87 échantillons d'urine et de sang, prélevés entre 2012 à 2016 et provenant de différentes disciplines sportives. En collaboration avec le Laboratoire suisse d'analyse du dopage à Lausanne (LAD), les échantillons ont été spécifiquement sélectionnés en fonction de différents critères. Les incidents internationaux survenus dans les sports concernés, les étapes de développement dans la technologie d'analyse et les nouvelles connaissances relatives aux substances interdites, entre autres, ont été pris en considération. Les résultats des ré-analyses se sont toujours avérés négatifs, ce qui signifie qu'aucune substance interdite n'a été détectée, même lors du réexamen des échantillons.

Dix violations des règles antidopage

La Chambre disciplinaire pour les cas de dopage de Swiss Olympic (CD) a rendu dix décisions concernant la violation des règles antidopage durant l’année sous revue. Cela s'est donc traduit par neuf sanctions allant d’un avertissement à 48 mois de suspension. Sept cas concernaient l’usage, la tentative d’usage ou la possession d’anabolisants ou de modulateurs hormonaux et métaboliques, un cas a concerné l’usage de diverses substances anabolisantes et dans un autre cas la présence d’EPO a été prouvée.

Expansion des enquêtes internationales

Le développement stratégique du service d’enquêtes a continué de progresser au cours de l’année sous revue. L’accent a une fois encore été mis sur le travail en collaboration avec les diverses autorités de poursuites pénales, et en particulier sur l’activité des enquêtes propres à Antidoping Suisse. Ainsi, Antidoping Suisse a eu affaire, au cours de l’année sous revue, à diverses enquêtes d’envergure internationale auxquelles elle a apporté son concours de manière significative. Souvent, des déclarations de soupçons, faites par des informateurs ou des « lanceurs d’alerte », sont à l’origine de ce type d’enquêtes.

Prévention antidopage par voie numérique

La pandémie de COVID-19 a également eu des répercussions sur les activités de prévention. Les séances de formation ont dû s’adapter aux nouvelles conditions et la plupart d’entre-elles ont eu lieu sous forme numérique. Au total, environ 1400 athlètes ont reçu une formation face à face et près de 9000 personnes ont été formées par le biais de mesures de prévention numériques. Le nouveau site Internet d'Antidoping Suisse, entièrement remanié, a atteint un nouveau record annuel avec près de 210 000 visites. À la fin de l'année, Antidoping Suisse a fourni à toutes les fédérations sportives nationales une section antidopage pour leurs sites Internet afin d'offrir à tous les athlètes et aux parties intéressées un accès plus facile aux informations pertinentes.

Planification intensive en raison du report des Jeux olympiques

Après que l'intensité des contrôles ait pu revenir au «niveau normal» à partir d'août 2020 grâce à des concepts de protection sûrs et à une planification intensive, des travaux de planification encore plus intensifs sont à l'ordre du jour cette année. La raison en est le report des Jeux olympiques de 2020 à Tokyo, qui tombent désormais dans la même année que la phase de préparation des Jeux d'hiver de 2022 à Pékin. Pour le secteur de la prévention, la supervision et la formation de deux délégations impliqueront également un effort de coordination accru.

Nouvelle gestion stratégique et développement ultérieur

En janvier, le Conseil de fondation nouvellement formé par le Parlement du sport et présidé par Ulrich Kurmann, a commencé ses travaux. Dans la lutte contre le dopage, la perspective des athlètes doit être davantage prise en compte et l’accent sera mis davantage sur les domaines de la prévention et des enquêtes. Les conventions cadres avec l’Office fédéral du sport (OFSPO) et Swiss Olympic nouvellement signés accordent à Antidoping Suisse à moyen terme et progressivement des moyens financiers supplémentaires, ce qui est extrêmement important pour les principaux champs d’action stratégiques du nouveau Statut concernant le dopage. L’amélioration de l’égalité des chances, grâce au développement conséquent de la lutte contre le dopage sur le plan global, est l’une des requêtes les plus citées, et pas uniquement de la part des athlètes suisses. Antidoping Suisse assumera à l’avenir, dans la mesure du possible, un rôle plus significatif sur le plan international afin d’améliorer cette égalité au profit de l’ensemble des sportives et des sportifs suisses.

 

Documents

Rapport annuel 2020