Dopage : suspension à vie d’un tireur aveugle

19.09.2018 - Legge

La Chambre disciplinaire pour les cas de dopage de Swiss Olympic a suspendu à vie et prononcé des sanctions pécuniaires contre un tireur aveugle pour délits de dopage multiples.

Un tireur aveugle de 38 ans a été suspendu à vie par la Chambre disciplinaire pour les cas de dopage de Swiss Olympic pour tentative d’usage et mise en circulation (trafic) de testostérone, méthandiénone, stanozolol, halodrol, déhydrochlorméthyltestostérone, oxymétholone, tamoxifène et clomifène. Il a pu être prouvé que l’athlète avait commis trois infractions entre 2012 et 2016. La suspension est effective depuis le 21 juin 2017, soit depuis le début de la suspension provisoire, et s’applique à tous les sports. Suite à des communications de l’administration fédérale des douanes, la Fondation Antidoping Suisse a mené plusieurs procédures administratives sur la base de la loi sur l’encouragement du sport en vue de la saisie et de la destruction des substances dopantes. Les investigations ont alors révélé que l’athlète avait proposé à la vente sur son site Internet, parfois avec succès, des produits dopants interdits. Lors de la procédure ouverte devant la Chambre disciplinaire pour les cas de dopage, l’athlète a ensuite indirectement admis avoir vendu divers produits par ce biais. En plus d’être suspendu, il a été condamné à l’acquittement d’une amende, des frais de procédure et d’un dédommagement à Antidoping Suisse, pour un total de 4750 francs.

Dans le cas présent, l’athlète s’est rendu coupable de violations multiples. Par principe, trois infractions commises en l’espace de dix ans entraînent une suspension à vie. Antidoping Suisse rappelle à tous les athlètes que la mise en circulation de substances dopantes lourdes n’a pas uniquement de sérieuses conséquences disciplinaires, mais qu’elle peut aussi être punissable sur le plan pénal. Comme l’illustre le cas présent, même les sportifs amateurs peuvent être suspendus pour délits de dopage.